Votre patrimoine.ch - Tout ce qu'il faut savoir pour acheter/vendre votre patrimoine...

 

Il est possible d’emprunter à dix ans à 1,46%. Un nouveau record, signale le site financier Moneypark. La panique post-Brexit a surtout influencé les taux à long terme. Sans doute insuffisant, toutefois, pour relancer la ruée vers la propriété.

C’est devenu une habitude. Une fois encore, les taux hypothécaires suisses battent des records.

Moneypark, le site zurichois de comparaison et de conseil financier, a indiqué mardi qu’il est désormais possible d’emprunter à taux fixe pendant dix ans à 1,46%. Il y a deux semaines, le précédent record en la matière se situait à 1,53%.

Début janvier, le même emprunt hypothécaire coûtait 1,9% d’intérêts annuels. Pour un montant de 500 000 francs, l’économie se monte à 2200 francs par année, calcule Moneypark. Soit 22 000 francs, pendant la durée de l'hypothèque.

n/a

L'effet Brexit

Pour un prêt à quinze ans, le taux moyen, calculé sur la base des offres d’une trentaine de banques et d’assurances, plafonne désormais à 1,77%, contre 1,85%, quinze jours plus tôt.

Comment les taux peuvent-ils encore baisser? Le oui des Britanniques à une sortie de l’Union européenne, vendredi, a provoqué de grands mouvements sur les marchés financiers. La quête de valeurs refuges a orienté les investisseurs vers les obligations libellées en francs. Sur le marché des capitaux, les taux suisses à long terme ont encore baissé. Ce phénomène a réduit les coûts de refinancement des établisssements qui octroient des prêts.

Hors Brexit, l'autre explication, elle déjà avancée plusieurs fois par Moneypark, concerne la concurrence. Les assurances font de plus en plus d'ombre aux banques sur le marché hypothécaire. Et elles ne sont pas soumises aux mêmes règles du jeu.

Lire aussi: Le marché immobilier envoie des signaux contradictoires

Le rêve devrait durer

A court terme, entre deux et cinq ans, les taux n’ont pas baissé mais restent à des niveaux historiquement bas: entre 1,1 et 1,14%. Le taux libor, indexé au taux du marché, se situe environ à 1%.

Cette situation exceptionnelle pourrait toutefois ne pas durer très longtemps, prévient Moneypark. «Dans ce marché très volatil, il est plus intelligent de conclure un prêt aujourd’hui que demain», écrit Stefan Heitmann, son directeur. Il ajoute pourtant qu’au vu de la conjoncture générale et de la politique expansionniste de la BNS, les aspirants propriétaires suisses devraient, à quelques points près, continuer de bénéficier de ces «conditions de rêves» pendant plusieurs années encore.

Pas assez de fonds propres

Après une décennie de hausse ininterrompue - de 44% en moyenne suisse, le segment de l'immobilier résidentiel commençait à montrer des signes de ralentissement, ces derniers mois. Cette nouvelle baisse des taux peut-elle relancer la surchauffe?

La plupart des experts ont la même réponse: le frein à l'acquisition d'un logement se situe ailleurs. D'abord, les prix sont aujourd'hui trop élevés. Dans le canton de Vaud par exemple, des calculs de la Banque cantonale montrent que seul trois ménages sur cent pourraient assumer les charges d'un logement à 1 million de francs. Ils étaient un sur quatre, en 2001.

Ensuite, les exigences de fonds propres - limitation du 2e pilier notamment - sont trop restrictives. Autrement dit, il y a encore des familles qui pourraient assumer ses charges, mais elles ne disposent pas d'un pécule de départ suffisant pour convaincre les banques de leur prêter.

Source: letemps.ch

 

La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus sont deux zones urbaines centrales de la ville portuaire allemande de Hambourg. La Speicherstadt, qui s’est développée à l’origine sur un groupe d’îles étroites de l’Elbe, entre 1885 et 1927 (partiellement reconstruite de 1949 à 1967), est l’un des plus grands complexes d’entrepôts portuaires historiques unifiés au monde (300 000 m2). Il comprend quinze très grands entrepôts et six bâtiments annexes, bâtis sur un réseau de courts canaux. Adossé à l’immeuble moderniste de la Chilehaus, le quartier Kontorhaus, contigu, est une zone de plus de 5 hectares, qui comporte six très grands complexes de bureaux construits entre les années 1920 et 1940 pour accueillir des entreprises se livrant à des activités liées au port. L’ensemble du bien illustre parfaitement les conséquences de la croissance rapide du commerce international à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

site_1467_0001-435-300-20150610110605

 

Source: unesco.org

 

 

Cette nécropole, composée d’une série de catacombes, s’est développée à partir du IIe siècle apr. J.-C. en tant que principal lieu de sépulture juif en dehors de Jérusalem, après l’échec de la deuxième révolte juive contre la domination romaine. Situées au sud-est d’Haïfa, ces catacombes constituent un trésor d’œuvres d’art et d’inscriptions en grec, araméen, hébreu et palmyrénien. Il s’agit d’un témoignage unique sur le judaïsme ancien sous la direction de Rabbi Juda le Patriarche, auquel est attribué le renouveau juif après l’an 135 apr. J.-C.

 

site_1471_0003-435-300-20150612110035

Source: unesco.org

Le Lavaux et son patrimoine (1)

Posted on: juin 15th, 2016 by nideal No Comments

 

Périmètre inscrit

A force de patience et d’obstination, l’homme a façonné un coteau durant des millénaires inculte et broussailleux. Il a transformé cette topographie tourmentée en un paysage majestueux fait de terrasses et de vignobles. Tout au long de cette mutation, les techniques ont certes évolué, mais le principe originel de la culture de la vigne en terrasses est demeuré.

L’homme a su s’adapter à un environnement hostile. Mais il a exploité la richesse que constitue le triple soleil : celui du ciel, la réflexion de ses rayons par le lac et la restitution nocturne de la chaleur accumulée par les murs de vigne. Et il n’a cessé surtout de respecter la situation qui lui était imposée : la rupture de pente, barrière climatique et limite naturelle située à 600 mètres d’altitude. En dessous, la vigne prospère. Au-dessus, forêt et pâturages s’imposent.

Deux zones

C’est cette même rupture de pente qui constitue la limite supérieure du site de Lavaux inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce dernier impose de délimiter un périmètre. Il est scindé en deux : une zone centrale, soit la zone présentée à l’inscription, et une zone dite « tampon », entourant le bien proposé.

Face au lac et aux Alpes, la zone centrale s’allonge sur deux districts, ceux de Lavaux-Oron et de Riviera-Pays-d’Enhaut. Elle s’étend sur le territoire de dix communes : Lutry, Bourg-en-Lavaux (qui comprend les anciennes communes de Cully, Epesses, Grandvaux, Riex et Villette), Chexbres, Puidoux, Rivaz, Saint-Saphorin, Chardonne, Corseaux, Corsier-sur-Vevey et Jongny.

Vignerons et agriculteurs

Le lac Léman au sud, la forêt et la rupture de pente au nord, le vallonnement de Lutry à l’ouest et celui de Vevey à l’est forment les limites naturelles de cette zone centrale. Elle accueille vignes et bourgs vignerons dans sa partie sud, ainsi que quelques cordons boisés. Quant à la zone tampon, elle enveloppe et complète la zone centrale. Elle accueille des vignes, des massifs boisés et des pâturages, rappelant que les vignerons étaient aussi, dans le temps, des agriculteurs.

Source: www.lavaux-unesco.ch

Le Lavaux et son patrimoine (2)

Posted on: juin 15th, 2016 by nideal No Comments

 

Historique de l'inscription

Depuis 2003, une démarche préliminaire a été engagée auprès de la Confédération et de l'ICOMOS, organisme conseil de l'UNESCO, en vue du lancement de la candidature de Lavaux pour l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le vignoble de Lavaux, après évaluation au niveau national, a été retenu par la Confédération pour figurer sur la liste indicative des objets que la Suisse avait l'intention de présenter à l'UNESCO les années suivantes. Premier de la liste, Lavaux a été présenté pour la session 2006.
Le dossier de candidature

Depuis mars 2005, le comité de candidature de l'AILU a entrepris la mise sur pied du dossier de candidature qui comprend 6 principaux chapitres que sont l'identification du Bien, sa description, la justification de l'inscription, l'état actuel de conservation et la gestion du Bien et son suivi. Ce dossier est constitué du rapport de présentation et ses annexes. Il est déposé à la fin décembre 2005 à l'Office fédéral de la culture (OFC).

Le traitement du dossier
L'OFC transmet le dossier de Lavaux à l'ambassadeur de Suisse à l'UNESCO qui le remet officiellement avant le 1er février 2006. Des experts de l'ICOMOS et de l'UICN sont nommés pour étudier le dossier et visiter le site dès l'été 2006. Un certain nombre de remarques sont transmises par l'expert au comité de l'AILU afin de corriger, voire compléter le dossier en vue d'une décision finale du comité UNESCO prévue en juillet 2007.

Le résultat
Suite au préavis positif de l’ICOMOS International (Conseil International des Monuments et des Sites), transmis le 14 mai 2007 à l'Office fédéral de la culture, le Comité du patrimoine mondial a admis l'inscription de Lavaux sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO lors de sa 31ème session tenue à Christchurch (Nouvelle Zélande) le 28 juin 2007. Une fois inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, Lavaux met en place un plan de gestion du site, destiné à en assurer principalement sa pérennité. Les principales composantes de ce plan de gestion sont déjà inscrites dans le cadre du dossier candidature. Elles sont complétées tout au long de sa mise en oeuvre.

22 septembre 2007 - Lavaux en fête
Le samedi 22 septembre 2007, Lavaux était en fête! Toute la région était mobilisée pour célébrer la candidature de Lavaux au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le comité de l’AILU avait décidé que la fête aurait lieu quelle que soit la décision de l’UNESCO le 28 juin, à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Ca a été l’occasion de remercier toutes celles et tous ceux, communes, sponsors, associations, particuliers, qui ont soutenu la candidature de Lavaux et de faire (re)découvrir le vignoble de Lavaux et ses appellations aux visiteurs sur le thème des cinq sens. De 10h à 17h, Lutry, Grandvaux, Epesses, Rivaz et Chardonne ont accueilli animations pour petits et grands, restauration et dégustations.

Source: www.lavaux-unesco.ch

Le Lavaux et son patrimoine (3)

Posted on: juin 15th, 2016 by nideal No Comments

 

Géographie

Lavaux constitue un paysage où l’œuvre de la nature et l’empreinte humaine sont en parfaite symbiose. L’homme s’est lové dans le contexte structural, s’appuyant là sur les bancs de conglomérats, forgeant ailleurs des murs de pierre.

 

 Relief structural

Car Lavaux est avant tout un relief structural, dont les formes principales reflètent la structure géologique du substratum rocheux. L’alternance de bancs plus ou moins résistants à l’érosion a permis de créer un relief en marches d’escaliers sur lequel s’est développé le vignoble. A l’est, les bancs de conglomérats du Mont-Pèlerin jouent ce rôle structurant. Plus à l’ouest, cette morphologie de cuesta s’estompe en raison de la disparition progressive des bancs de conglomérats.

Ce qui fait l’intérêt du paysage de Lavaux, c’est bien l’utilisation que l’homme en a fait, en aménageant le relief et en le mettant en valeur pour l’agriculture. Il s’agit d’un paysage fabriqué et façonné par la main de l’homme.

 

 L’homme s’est adapté à la terre

Dans ce processus, les sociétés qui ont aménagé cette terre se sont adaptées au contexte morphologique. Ainsi, aux pieds et sur les flancs du Mont-Pèlerin, là où la pente s’adoucit et le climat devient plus humide, seuls les replats séparés par les escarpements de conglomérats ont été défrichés. Les têtes de bancs, peu utiles et même dangereuses pour l’élevage, sont demeurées boisées.

Dans la partie la plus escarpée de Lavaux, là où les bancs conglomératiques sont les plus élevés et les plus rapprochés, l’homme les a mis à profit pour l’étagement du vignoble. A certains endroits, ce sont les escarpements eux-mêmes qui jouent le rôle des murs séparant les vignes en terrasses. Il arrive parfois que ces bancs nécessitent aujourd’hui une consolidation artificielle.

 

Source: www.lavaux-unesco.ch

Le Lavaux et son patrimoine (4)

Posted on: juin 15th, 2016 by nideal No Comments

 

Viticulture

Etroite bande de terre entre la masse d’eau du Léman et un arrière-pays vallonné et collinaire, Lavaux est resté durant des millénaires un coteau inculte et broussailleux. Les premiers vignobles furent sans doute plantés près des lieux habités proches du lac. La mise en culture de la zone la plus raide (Dézaley) remonte à la seconde moitié du XIIe siècle grâce aux efforts des moines cisterciens.

Influence du lac

L’influence du Léman sur le climat de Lavaux est de toute première importance. La région bénéficie, comme on a coutume de le dire, de « trois soleils » : l’astre lui-même, la réflexion de ses rayons par le lac et la restitution nocturne de la chaleur accumulée par les murs de vigne.

La nature a fait la pente, l’homme est intervenu pour la maîtriser. Ce dernier a dû lutter sans relâche contre l’érosion, en guidant l’eau vers les ruisseaux et en freinant le ruissellement pour maintenir la terre en place, ainsi qu’en créant des murs qui diminuent la pente. Le vignoble de Lavaux se caractérise par une nette prédominance de la propriété familiale, rare jusqu’à la Réforme (XVIe siècle). Aujourd’hui, le vignoble, de Lutry jusqu’à Chardonne, compte plus de 1800 propriétaires et quelque 1150 exploitations.

La quasi-totalité des vins de Lavaux est vendue en Suisse. L’exportation, très faible, tend néanmoins à se développer. La beauté du site de Lavaux est totalement liée à l’existence de la vigne. Comment assurer l’avenir du vignoble si n’est en assurant celui des vignerons qui le cultivent ? Le seul moyen est de valoriser la vigne et le vin. Il s’agit donc de bien comprendre qu’une bouteille de vin de Lavaux payée à son juste prix contribue de façon directe au maintien de ce site exceptionnel.

Source : www.lavaux-unesco.ch

 

 

site_1487_0010-435-300-20150623153819La Palerme arabo-normande (deux palais, trois églises, une cathédrale et un pont) et les cathédrales de Cefalú et Monreale, sur la côte nord de la Sicile, constituent une série de neuf structures civiles et religieuses datant de l’époque du royaume normand de Sicile (1130-1194). Ensemble, ils illustrent un syncrétisme socio-culturel entre les cultures occidentales, islamique et byzantine de l’île qui fut à l’origine de nouveaux concepts d’espace, de construction et de décoration. Ils témoignent également de la coexistence fructueuse de peuples d’origines et de religions diverses (musulmanes, byzantines, latines, juives, lombardes et françaises).

 

 

 

 

 

Source: unesco.org

Missions de San Antonio

Posted on: mai 23rd, 2016 by nideal No Comments

 

site_1466_0004-435-300-20150610114423

Il s’agit d’une série de cinq ensembles d’avant-postes religieux, de part et d’autre de la rivière San Antonio, dans l’Etat du Texas, ainsi que d’un ranch situé à 37 kilomètres au sud. Le bien se compose notamment de structures architecturales et archéologiques, de terres agricoles, d’habitations, d’églises, de greniers ou encore de systèmes de distribution de l’eau. Fondé par les missionnaires franciscains au XVIIIe siècle, le bien illustre les efforts déployés par la couronne espagnole pour coloniser, évangéliser et défendre la frontière nord de la Nouvelle Espagne. Les missions de San Antonio sont également un exemple de l’imbrication des cultures espagnole et coahuiltèque, illustrés entre autre par les éléments décoratifs des églises qui associent les symboles catholiques avec l’esthétique naturaliste autochtone.

 

 

 

Source: unesco.org

Coteaux, maisons et caves de Champagne

Posted on: mai 3rd, 2016 by nideal No Comments

 

site_1465_0003-435-300-20150610103953

Il s’agit des lieux où fut développée la méthode d’élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu'à son industrialisation précoce au XIXe siècle. Le bien se compose de trois ensembles distincts : les vignobles historiques d’Hautvillers, Aÿ et Mareuil-sur-Aÿ, la colline Saint-Nicaise à Reims et l’avenue de Champagne et le Fort Chabrol à Epernay. Ces trois ensembles –soit le bassin d’approvisionnement que forment les coteaux historiques, les unités de production (les caves souterraines) et les espaces de commercialisation (les maisons de Champagne)- reflètent la totalité du processus de production de champagne. Le bien illustre clairement comment cette production a évolué d’une activité artisanale très spécialisée à une entreprise agro-industrielle.

Source: Unesco.org